Les collections

The Broody Bunch: Les poules vétérans créent le chaos suivant leurs envies

The Broody Bunch: Les poules vétérans créent le chaos suivant leurs envies

PHOTO: Ana Hotaling

Au cours de toutes nos années d'élevage de volaille, nous avons utilisé la méthode d'incubation «naturelle» à trois reprises. Ce trio de poules couveuses (Altaria the White Silkie, Cutie the Dutch Bantam et Henrietta the Royal Palm) s'est avéré être des couvées constantes et d'excellentes mères.

Notre ferme, cependant, se spécialise dans les trappes personnalisées. Avec des clients qui attendent avec impatience leurs poussins en commande spéciale, nous ne pouvons pas risquer de baser notre activité sur des poules couveuses. Au lieu de cela, nous utilisons des incubateurs. Le résultat final est le même - un tas de voyants duveteux - bien qu'une partie de la merveille soit effectivement déplacée lors de l'utilisation de matériel au lieu de poules.

Cet été, cependant, j'ai laissé la sentimentalité régner. La fille d’Henrietta, Alex, âgée de 6 ans et maintenant aînée parmi les poules, avait finalement été couveuse pour la première fois de sa longue vie. Un matin de mai, elle sortait pratiquement de la cage pour profiter du temps printanier.

Le jour suivant, elle était fermement ancrée sur un nid, sifflant sauvagement quand j'ai soulevé le couvercle du nid pour ramasser les œufs.

La belle dame

Mon premier instinct a été de la ramasser de son nid et de la jeter dans sa course, ma solution pour toutes les poules nouvellement couveuses. Ayant récemment perdu l'une de nos filles plus âgées Orpington, je me suis arrêté. Alex avait vécu de nombreuses années, pondant régulièrement et aidant son chef de troupeau, Thomas, à garder le reste des filles en ligne.

À 6 ans, il ne lui restera peut-être plus autant d'années. Pourquoi ne pas la laisser expérimenter la maternité, d'autant plus que c'était la première fois qu'elle manifestait un intérêt biologique?

Ramassant les deux œufs sous elle, j'ai marqué la date avec un crayon, compté trois semaines en avant et noté également la date d'éclosion prévue. Évitant le bec furieux d’Alex, j’ai remis les œufs dans son nid et espéré le meilleur.

Ce qui a suivi, ce sont trois semaines de bouffonneries de poulailler si exaspérantes que je me suis pratiquement arraché les cheveux. Les choses se sont bien passées pendant les huit premiers jours. J'ai bougé les deux œufs et le développement a été noté dans chacun. J'ai poussé un soupir de soulagement… mais c'était trop tôt. Cet après-midi-là, mon fils Jaeson est venu de ramasser des œufs avec une question.

"Alex n'est-il pas censé être dans le nichoir du côté droit?"

Oui, elle était. Jaeson m'a alors informé qu'Alex était dans le nichoir central, sifflant avec colère pour elle-même. Oh oh.

Je suis entré dans le poulailler, ai soulevé le couvercle et ai rencontré un Alex très agité sur le nid du milieu, tandis que dans le nichoir de droite, Dolly, l’ami d’Alex, se pelotonnait avec bonheur sur les œufs d’Alex. Pouah! Je n’ai pas hésité cette fois. J'ai pris Dolly dans mes bras et l'ai renvoyée dans la course, lui disant de ne pas toucher les œufs du pauvre Alex.

Puis j'ai glissé les œufs sous Alex et j'ai fermé le couvercle.

L'ami bien intentionné

Pendant les trois jours suivants, Alex et Dolly ont joué des nids musicaux alors qu'Alex s'éloignait de son nid pour s'occuper de ses besoins, seulement pour trouver Dolly installée sur son prochain à son retour. Peu importe le nombre de fois où j'ai jeté Dolly hors de ce nid, elle rentrerait et s'installerait. J'ai finalement abandonné et j'ai décidé que Dolly pouvait avoir ses propres œufs. Après tout, c'était la première fois que Dolly montrait des signes de morosité.

Dolly et Alex avaient grandi ensemble et avaient le même âge, alors qui savait combien de temps Dolly avait, aussi?

J'ai pris deux œufs de notre poulailler Ameraucana et les ai marqués avec les dates de mise et d'éclosion, puis j'ai invité Dolly à prendre place. Je pensais que les œufs bleus de Dolly seraient faciles à différencier des œufs bruns d’Alex, et Dolly, étant elle-même une Ameraucana, ferait mieux avec les poussins Ameraucana.

Un bonus: j'ai enfin pu emménager Dolly dans la coopérative Ameraucana (les tentatives précédentes avaient échoué, car elle avait insisté pour vivre avec Alex dans la coopérative d'Orpington).

Ces plans sont allés par la fenêtre alors que Dolly retournait au nid d'Alex, laissant un Alex mécontent s'asseoir sur les œufs abandonnés de Dolly. Pendant un moment, j'ai essayé de remplacer les œufs par leurs poules couveuses légitimes.

En fin de compte, j'ai abandonné. Les deux poules couveuses auraient des poussins, après tout. Droite?

Le voisin Butt-inski

Faux. Le jour d'éclosion n ° 1 est arrivé et je me suis assuré que nous laissions les poules couveuses seules pour assurer la tranquillité de la fille qui se retrouverait dans le duo d'œufs en raison de l'éclosion ce jour-là. Imaginez ma surprise quand, plus tard dans l'après-midi, j'ai soulevé le couvercle du nichoir pour trouver notre Black Orpington, Fitz, sur le nid, chantant à un Orpington de lavande nouvellement éclos comme si elle avait incubé l'œuf dès le premier jour. Dolly s'assit sur ses œufs, imperturbable. Alex faisait les cent pas à l'intérieur du poulailler, refusant même de s'asseoir dans le nichoir du côté gauche.

Pour la sécurité de Fitz et du poussin nouvellement arrivé (le deuxième œuf n'a jamais éclos), je les ai déplacés, le nid et tout le reste, vers l'une de nos couveuses de grange à poteaux. Là, Fitz a réussi à élever le petit peep, nommé Ginger Bean (d'après la fille de mon ami Fitz, Ginger) jusqu'à ce que je les ai doucement fusionnés dans le troupeau de New Orpington.

Je n'étais pas sur le point de mettre la mère et l'enfant d'Orpington près d'Alex.

Quant à Dolly, ses deux poussins ont éclos environ 10 jours après Ginger Bean. Dolly et ses filles ont été transférées dans notre éleveuse de grange à poteaux et, lorsque les poussins ont été entièrement plumes, le trio a été fusionné avec succès dans notre coopérative Ameraucana. Jefferson Ameraucana était assez fier ce jour-là d'avoir trois autres filles pour son groupe.

La rediffusion

Alex, malheureusement, s'est fait baiser par ses camarades poules. Je me sentais mal pour la pauvre fille, car c'était elle que j'avais prévu de laisser broyer en premier lieu, pas Dolly et certainement pas Fitz. Elle n’avait pas non plus perdu sa volonté de couvée: j’ai découvert sept œufs sous elle. En soupirant, je sortis mon crayon et les marquai tous une fois de plus, puis la laissai avec sa pochette.

Personne n'a joué de nids musicaux avec Alex cette fois. Je pense que les autres poules de son poulailler avaient trop peur même de l'approcher; ils ont tous pondu leurs œufs dans les deux autres nichoirs. Les choses semblaient finalement bien se passer pour le vieil Alex inébranlable.

Le drame criminel

Jusqu'à ce que, un par un, les œufs d'Alex commencent à disparaître. Les garçons et moi étions absolument perplexes. Aucun de ses compagnons de troupeau ne s'est approché de ce nid. Alex n’avait pas non plus jeté les œufs par accident. Il n'y avait absolument aucun moyen qu'un mangeur d'œufs comme un serpent ou un écureuil puisse entrer dans le poulailler. Eh bien, à part la porte pop, et ils n'auraient pas duré avec Thomas Orpington qui montait la garde. Déconcerté, j'ai mis les trois œufs restants à la bougie, vérifié la date d'éclosion que j'avais écrite sur la coquille et les ai remis sous la poule couveuse. Le lendemain, il ne restait que deux œufs - et cette fois, nous avions le coupable.

C'était Alex elle-même. D'une manière ou d'une autre, alors qu'elle se déplaçait sur son nid, elle avait réussi à écraser les œufs avec son corps. Je ne sais toujours pas pourquoi il n’y avait aucun signe des quatre premiers œufs. Cette fois, cependant, un poussin à moitié développé a pondu écrasé sur le nid, parmi la coquille d'œuf brisée. La vue était horrible; l'odeur était pire. Encore plus horrible, Alex a refusé de me laisser nettoyer son nid. Comme vous pouvez l'imaginer, les deux œufs restants n'ont jamais eu de chance.

Quelques jours plus tard, Alex était en fuite, avalant des brins d'herbe. Je me suis précipité là-bas, j'ai jeté tout le désordre puant, j'ai posé de la literie fraîche et, dans un moment de folie totale, j'ai posé un œuf d'Ameraucana fraîchement pondu sur le dessus. Je n'ai aucune idée de ce qui m'a poussé à faire ça. La pauvre poule avait jusqu'à présent bombardé à couvaison. Je suppose que je me sentais mal pour elle, mais je ne sais pas non plus pourquoi je ne lui ai donné qu’un œuf. Je suppose que je ne voulais pas me précipiter pour gaspiller plus d’œufs et perdre plus de poussins. Quant à Alex, elle est retournée dans son nid, ne montrant aucun signe que son nichoir avait été nettoyé. Elle s'est installée sur le nouvel œuf, et c'était tout.

Le spin-off

Lundi dernier, alors que je me préparais à emmener Jaeson à l'école, je l'ai vu courir du poulailler Orpington vers moi, les mains en coupe. «Il est en train de mourir!» cria-t-il en poussant ses mains vers moi. À l'intérieur d'eux, il tenait un poussin Ameraucana nouvellement éclos, encore mouillé et éparpillé par l'œuf… et complètement glacé. J'ai attrapé la nana à la hâte et l'ai tenue sous mon menton pour le réchauffer.

«Où est Alex?» Ai-je demandé en semi-panique, en frottant doucement le dos et le ventre du petit oiseau.

Mon fils a montré la porte. Effectivement, Alex était dans sa course, mangeant joyeusement des restes de cuisine avec les autres poules. Pourtant, ce poussin n’aurait pas poussé aussi froid en peu de temps. Une fois que je l'ai réchauffé, je l'ai remis à Jaeson. «Remettez-le dans son nid. Alex se demandera où est allé son bébé.

Jaeson s'exécuta, attendant tranquillement près de la cage qu'Alex entre. Il attendit, j'attendis, et Alex se contenta de se défouler avec ses amis. Finalement, j'ai fait signe à Jaeson. "Ramène le. Nous ne pouvons pas le laisser geler! » Il a reculé, poussin à la main, quand soudain Alex s'est précipité sur la rampe et dans le poulailler. «REMONTEZ-LE, RAPIDEMENT!» Criai-je, espérant que le pauvre gamin éviterait le bec très fort et éventuellement très furieux d’Alex.

Quelques instants passèrent, avec Jaeson au nichoir, son couvercle ouvert à la main. Finalement, il m'a rappelé. «Elle est juste debout ici, en train de manger à la mangeoire. Que devrais-je faire?" J'ai répondu qu'il devrait la laisser manger. Elle reviendrait sûrement dans son nid après avoir mangé à sa faim. Plus d'attente. Et plus. Enfin, je ne pouvais plus gérer ça. «Ramène le bébé», criai-je à Jaeson. Il revint, le poussin à nouveau glacé à la main.

L'Opéra du savon

Nous nous sommes relayés pour réchauffer le pauvre bébé pendant que je réfléchissais à nos options. Mon premier choix était de l'amener à Fitz. Ce scalawag de poule était de nouveau dans la couveuse de la grange à poteaux, cette fois avec sept poussins, tous à elle cette fois.

Elle avait abandonné la petite Ginger Bean après une semaine et nous l’avions abandonnée pour morte quand mon mari, Jae, l’a trouvée cachée sous la rhubarbe, une énorme pochette sous elle. Une fois que le bébé Ameraucana a été bien chaud, nous l'avons amené à Fitz, dans l'espoir qu'elle l'adopterait dans sa progéniture, même s'ils avaient peut-être une semaine de plus.

Rien à faire. Non seulement Fitz n'a pas accepté le bébé, mais elle a crié fort et a attiré ses poussins dans un coin éloigné, bien loin de là. Passons au plan B: nous sommes sortis de l'un de nos bacs de couvaison individuels, l'avons rempli de copeaux frais et avons placé un abreuvoir et une mangeoire pour bébé poussin à l'intérieur.

Pendant que je tenais le peeper, Jaeson est sorti et a pris l'une de nos deux poules Silkie éternellement couveuses, Natalya. Nous espérions qu'en voyant et en entendant le bébé nouvellement éclos, elle serait heureuse de rester avec lui et être une maman poule.

Malheureusement, Natalya n'était intéressée que par la nourriture et l'eau. Elle a fait caca sur les copeaux frais et a marché sur le pauvre bébé. Agacé, Jaeson l'attrapa et la gronda jusqu'au tracteur Silkie. Il est revenu avec la sœur de Natalya, Valerya, mais elle avait le même intérêt pour la nana que son frère. De retour, elle est partie.

La fin heureuse?

Au final, nous sommes retournés à nos racines. Nous avons creusé ce que j'ai surnommé il y a longtemps la «potence de poulet», un engin en bois construit par Jae qui supporte une lampe chauffante suspendue. Une fois que l'intérieur de la cuve de couvaison était à 95 degrés F, nous avons mis le petit poussin dedans. S'est-il endormi, épuisé par ses peines? Nan. Il a regardé continuellement jusqu'à ce que nous mettions un lapin de Pâques en peluche pour la compagnie. Le poussin s'est finalement recroquevillé entre les jambes du lapin et s'est endormi.

Le décompte enfin? Dolly Ameraucana, une maman prospère avec deux jolies filles, qui vivent toutes heureusement dans la coopérative Ameraucana. Fitz Orpington, un scamp d'une mère qui a piqué un bébé Orpington, a rapidement abandonné le pauvre juvénile et en élève maintenant sept autres dans notre couveuse. Alex Royal Palm, une terrible mère qui semble s'être remise de son horloge biologique qui tourne assez rapidement. Mon bureau? Accueil à un poussin singleton dont les regards incessants le font devenir le poussin le plus gâté, caboté et câlin qui existe. Et moi? Je m'en tiens aux incubateurs pour le moment.


Voir la vidéo: Easiest Way to Break a Broody Hen (Décembre 2021).